Près de dix mois après le passage de l’ouragan Matthew, les départements des Nippes, de la Grand-Anse et du Sud portent encore des séquelles, infrastructures détruites ou endommagées, dont les implications ne sont pas sans importance à la veille de la rentrée des classes et aussi de la nouvelle période cyclonique. Des dizaines d’établissements scolaires sont jusqu’à date dans une situation précaire, pour certains, et lamentable, pour d’autres. Le Gouvernement haïtien, conscient de cette réalité, a sollicité l’appui et l’intervention du Fonds d’Assistance Économique et Sociale (FAES) pour la mise œuvre d’un programme de réhabilitation de cinquante écoles au niveau des trois départements susmentionnés.

Le MENFP veut rendre fonctionnelles ces infrastructures scolaires en offrant aux élèves un cadre d’apprentissage attrayant et aux enseignants des conditions d’enseignement appropriées. Ainsi, le Ministère de l’Éducation nationale et de la Formation Professionnelle et le Fonds d’Assistance Économique et Sociale ont-ils organisé une mission conjointe allant du 20 au 24 juillet 2017.

Six équipes composées de cadres du FAES (DPS et DPRI) et de la Direction du Génie Scolaire (DGS/MENFP) ont été déployées sur le terrain en vue de produire un rapport technique sur les établissements cibles tout en prenant compte l’aspect environnemental et humain. “En général, les écoles et les localités évaluées ont subi d’importants dommages qui ont des conséquences sur le fonctionnement de ces écoles et sur la vie quotidienne. Les effets de cet ouragan sont visibles partout et les dommages non encore réparés. Parmi les écoles évaluées, il y a effectivement des cas de réhabilitation majeure, mineure, de relocalisation (Testasse et nationale st jean du Sud) et de reconstruction (Testasse, St Jean du Sud, nationale Alexandre Defay, Bernard 1). Le fait est que, dans certains cas, les espaces sont inappropriés à la construction et dans d’autres cas, l’état physique de l’école est alarmant ou ne répond à aucune norme de construction”, peut-on lire quelque part dans ce rapport. Par ailleurs, des recommandations ont été faites sur l’environnement et la prise en charge des structures.

La Péninsule sud, où se trouve actuellement la Caravane du Changement, bénéficie des avantages du plan de développement prôné par le Président Jovenel Moïse. D’où, la reconstruction et la réhabilitation d’infrastructures scolaires. Ces travaux, financés à partir des fonds du trésor public, devraient permettre aux enfants de la Péninsule Sud de prendre le chemin de l’école dès septembre prochain. Les partenaires, FAES et MENFP s’activent donc afin de rendre les établissements disponibles pour la rentrée des classes.